lundi 26 février 2018

Faut il conserver le dernier espace agricole de Wasquehal?


 Pour un projet agricole et social sur les Boers


Les abords du « Sentier des Lauriers » sont classés en zone d'urbanisation différée depuis le PLU intercommunal de 2004. Les auteurs de cette note proposent de redonner à ces terrains leur vocation agricole ou- a minima- de conserver ce classement et, dans cette perspective, de créer sur 4 hectares de ce secteur un « Jardin de Cocagne ».

Wasquehal à la chance de se trouver au cœur de la Métropole Européenne de Lille. À coté des atouts dont elle dispose (grands boulevard, canal, métro, gare, accès autoroutiers), elle paye aussi un lourd tribu en nuisances sonores, lignes à haute tension, pollution atmosphérique et des sols.

Presque toutes les terres disponibles ont été loties, sauf un petit ilot caché le long du sentier des lauriers dans le quartier de Boers.
Des spéculateurs ont imaginé il y a plusieurs années un bon coup financier à faire, des promoteurs privés et sociaux ont pris le relais, anticipant avec gourmandise (dans le prix payé pour ces terrains) la requalification en zone constructible dans le prochain PLU.

Wasquehal à déjà bien donné à la densification de la MEL, et c'est d'ailleurs la ville qui, dans les Hauts de France, a vu sa population croître le plus. Nous avons aussi un centre ville à aménager avec des logements et des équipements dignes d'une commune de 20 000 habitants. 

Bien que les accords entre la MEL, la Mairie et les promoteurs semblent ficelés, nous proposons une autre solution qui va dans le sens de l’histoire.

Nous voulons geler la cotation du PLUi et installer un Jardin de Cocagne.



Qu'est-ce qu'un « Jardin de Cocagne » ?

ll existe actuellement sur la Métropole un seul « Jardin de Cocagne », situé sur le quartier de la Haute-borne à Villeneuve d'Ascq, sur près de 120 dans toute la France.

Le « Jardin de Cocagne » de la Haute-Borne, géré par l'Association Solidarité et Initiative, est une exploitation maraîchère biologique employant du personnel en insertion, avec vente directe de paniers bio à des adhérents consommateurs. 

 

Actuellement, la production du jardin de Cocagne ne permet que difficilement de satisfaire à la demande des adhérents consommateurs, dont le nombre augmente.

Selon leurs promoteurs, les Jardins de Cocagne associent trois objectifs :

UTILITÉ SOCIALE : 


favoriser l'accès ou le retour au marché de l'emploi de personnes qui en sont actuellement éloignées au travers d'une activité agricole : par exemple les actuels et nombreux bénéficiaires du RSA, mais aussi des migrants .
Le Jardin de la Haute Borne a donc un personnel encadrant d'une demi-douzaine de personnes pour une vingtaine de personnels en insertion, qui découvrent l'ensemble des activités d'une exploitation maraîchère.



DÉVELOPPEMENT DURABLE :

- maintien des terres agricoles, dont la superficie diminue dangereusement partout en France; pour la Haute Borne, ce sont 4,5 hectares qui sont ainsi maintenus en exploitation, au pied des immeubles des instituts de recherche.
- contribution à la qualité paysagère en maintenant des trames vertes, arborées,
- agriculture biologique, répondant à la fois à une nécessité sanitaire et à une forte demande des consommateurs
- circuits courts (les habitants peuvent trouver près de chez eux et acheter des paniers bio faits sur place à un prix très raisonnable);
- souveraineté alimentaire des territoires : l'agriculture urbaine vise ainsi à faire face à divers aléas possibles de l'approvisionnement de la ville.
- sensibilisation à l'environnement des personnes en insertion, mais aussi des clients et pourquoi pas des écoles proches.



DÉVELOPPEMENT LOCAL :

- par le renforcement des liens entre producteurs et consommateurs, qui deviennent, en s'impliquant « consomm'acteurs 

Pourquoi au Sentier du Laurier ?

Pour une activité agricole de maraichage traditionnelle, la localisation n'est pas idéale, en revanche, le lieu présente de nombreux avantages pour une activité Agriocole et sociale comme un Jardin de Cocagne 

UN LIEU FAVORABLE AU PROJET D'INSERTION

Desservi à proximité par le métro (Ligne 2 – station Pavé de Lille) et par le tramway de Lille à Roubaix, c'est un lieu favorable pour l'insertion des publics du versant Nord-Est, et ne disposant pas le plus souvent de véhicules personnels.


La présence sur ce lieu d'une activité d'insertion pour 20 à 25 personnes en insertion serait un plus appréciable pour les politiques publiques mises en œuvre en faveur de l'insertion.
Le projet pourrait donc trouver des soutiens financiers autant auprès des acteurs publics (Europe, État, Région, Département, MEL, commune)que de diverses fondations privées.

LE MAINTIEN DE LA QUALITÉ PAYSAGÈRE ET DE TERRES AGRICOLES

 

Reliquat du passé maraîcher et agricole de Wasquehal, le Sentier du Laurier constitue une trame verte qu'il est nécessaire de protéger, et dont le rôle bénéfique peut être renforcé, grâce à un renforcement du boisement et à l'agriculture biologique :

- Contribution aux actions contre les îlots de chaleur urbains (voir l'étude de l'ADUL à ce sujet) ;


- Contribution au maintien et au renforcement de la biodiversité (nombreuses espèces d'oiseaux nichant, ainsi que lézards, hérissons, chauves-souris, qui disposent de nourriture végétale et d'insectes, notamment compte tenu du peu d'éclairages artificiels sur le secteur).


- Contribution de manière simple et peu coûteuse à la lutte contre les inondations par l'absence d'imperméabilisation et le renforcement du rôle d'éponge joué par la végétation et les arbres. Pour rappel, le secteur est de la Marque urbaine concerné par le risque inondation.


- Contribution à la sensibilisation à l'environnement et à la qualité de l'alimentation pour les salariés, les consommateurs et les riverains.
- Contribution au maintien de lieux de promenade appréciés.

UNE ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE À VALORISER

Il n'y a pas encore de « circuit court » de ce type sur Wasquehal. Or la zone est au coeur d'un secteur urbain dont la population peut largement trouver son compte en achetant, à un prix très abordable, des fruits et légumes bio, à Wasquehal comme à Marcq en Baroeul, sans compter les salariés des entreprises environnantes.


Le modèle économique du Jardin de Cocagne est éprouvé, et il semble relativement facile de trouver le débouché commercial local à la production.

L'équilibre économique assuré à la fois par l'activité et par les aides publiques et privées au secteur de l'insertion devrait permettre la pérennité de l'activité et la garantie aux bailleurs des terrains une juste rémunération.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire