jeudi 18 janvier 2018

Nos voeux pour 2018


C'est autour de galettes maison, bio, que notre association s'est retrouvée, le 15 janvier, avec des sympathisants, pour fêter l'an nouveau, avec la participation d'un représentant régional de la Ligue Protectrice  des Oiseaux et nos amis de Roubaix en Transition, porteurs de la Ferme Urbaine du Trichon.
Mais nous souhaitons, naturellement, adresser nos voeux, au-delà, à tous nos amis et sympathisants.




Lorsqu'à la fin 2015 nous avons souhaité créer Wasquehal en Transition, c'était en faisant le constat de l'absence d'association environnementale su Wasquehal. Or, il nous semble que pour affronter les défis écologiques du XXIe siècle et faire en sorte que notre commune, ses habitants et ses élus soient les acteurs conscients des changements à opérer localement vers une transition écologique, il est nécessaire que vive une association comme la nôtre, à la fois association d'éducation populaire et aiguillon, aussi espace de convivialité et de pratiques concrètes.

En 2017, notre action a d'abord en effet été très concrète et doit le rester :

- Autour des carrés potagers « incroyables comestibles », qui nous ont mobilisés du printemps à l'automne, avec la création de deux nouveaux carrés , avec la perspective de la mise en place du « permis de végétaliser ». Il s'agit d'une initiative concrète qui a pour but de réconcilier les urbains avec les cycles de la nature, une alimentation saine, mais aussi, de permettre aux citoyens de se ré-approprier l'espace public, d'y développer des liens conviviaux. Nous avons aidé la Maison Nouvelle à réaliser ses propres carrés potagers, et nous nous apprêtons à le faire pour la Maternelle Dolto, avec des parents d'élèves. Nous envisageons, à la demande d'habitants, de créer un carré potager au Noir Bonnet, et un autre au Capreau, et d'organiser en avril-mai un troc de graines et de plantes. Qu'on se le dise !Pourquoi pas aussi, proposer à la MRES un atelier de fabrication de carrés lors de la fête de l'environnement ?



- Autour du « Défi Familles à Énergies positives », qui a permis à une dizaine de familles de Wasquehal et environs de diminuer, à confort au moins égal, les consommation énergétiques et d'eau, mais aussi, au-delà, de sensibiliser aux questions de transition énergétique. Le Défi continue cette année, même modestement, mais au-delà, le 13 février, nous participerons, avec l'Espace Info-Énergie, à une opération « balade thermique » en centre-ville, avec une caméra thermique, qui devrait permettre de sensibiliser les citoyens et élus à la réhabilitation thermique des logements, ce qui veut dire qu'il faut, derrière cette initiative, que l'Espace Info-Énergie informe sur les aides financières mobilisables, avec l'aide de la MEL.



- Autour de balades à vélos ouvertes à des non adhérents : vers le lac du Héron, en juin ; lors des journées du Patrimoine, avec une balade un peu pluvieuse sur le patrimoine éducatif de la ville, et une autre à la redécouverte du patrimoine naturel qui subsiste. Nous espérons avec le retour des beaux jours en réaliser plusieurs cette année avec nos spécialistes des randonnées à vélo. Nous avons rencontré Patrick Prieur, l'adjoint aux mobilité douce pour débattre avec lui des projets de la Mairie en station vélo et en piste cyclable, Nous avons participé à la création de BUSABICLOU , un atelier mobile de réparation de vélo qui va tourner dans nos communes dès cet été.



- Autour des formations aux produits ménagers maison : nous n'en avons fait qu'une seule cette année, mais souhaitons d'autant plus continuer à en faire que ces formations s'inscrivent parfaitement dans le « Défi zéro déchets » qui se met en place dans l'agglomération et que veut mettre en place le conseil de quartier du centre.



- Autour d'achats alimentaires collectifs : en relais à l'association Givrés d'Oranges, c'est, pour l'instant, entre 20 et 30 personnes qui, de novembre à juin pourront bénéficier d'agrumes bio de grande qualité à des prix très accessibles ; nous soutenons aussi, par des achats collectifs, La Boulange du Coeur Joyeux, en espérant que Frédéric, le boulanger, pourra trouver les terres agricoles nécessaires pour faire pousser des variétés anciennes de blé.



Nous apportons aussi notre contribution à la vie de la cité au travers de nos propositions :

- Nous sommes intervenus en relais de l'association SOLIS auprès de la municipalité et de la MEL en faveur de l'installation de panneaux solaires sur des bâtiments publics, et nous ne désespérons pas de voir émerger prochainement un projet concret, par exemple, sur la patinoire communautaire. Nous irons ce printemps visiter une centrale solaire construite sur une école de Erquinghem-Lys par la commune.



- Nous avons porté le projet de classement à l'inventaire du patrimoine du groupe scolaire Lefebvre-Malfait comme bâtiment de l'art déco, et nous attendons la décision de la DRAC.



- Nous sommes intervenus pour l'installation de composteurs de la MEL.

- Nous sommes intervenus pour la mise en œuvre de « Boîtadons » dans la commune, en vain pour l'instant, mais nous espérons concrétiser ce projet avec un centre social.



- Nous avons beaucoup contribué, tant au niveau local qu'au niveau de la MEL, avec le groupe de travail crée par la Maison Régionale de l'Environnement et des Solidarités, sur la révision du Plan Local d'Urbanisme. Nous serions d'ailleurs intéressés de connaître d'autres contributions émises par des Wasquehaliens, hormis, les nombreuses contributions via la page « Je carticipe » mise en place par le service de concertation de la MEL, contributions qui, pour l'essentiel, rejoignent nos préoccupations : besoin d'espaces verts, inquiétude face aux nouveaux projets de logements et à leurs conséquences possibles sur l'encombrement de la voirie, besoin de faire face autrement aux besoins de mobilité de la population…
Nous avons répondu à l'appel à concertation émanant tant de la MEL que de la municipalité par une longue contribution transmise début mars 2017 à l'une et à l'autre. Cette contribution est loin d'être un brûlot, mais une analyse de l'urbanisme qu'on pourrait qualifier d'« opportuniste » des décennies précédentes et des propositions concrètes visant à faire entrer notre commune dans une dynamique conforme aux objectifs du développement durable. Elle est à la disposition de qui la demande. Nous avons aussi contribué très concrètement, avec le service urbanisme de la ville, et avec Madame Soinne, à la réalisation de l'Inventaire du Patrimoine Architectural et Paysager.
Alertés par des informations diverses, nous avons appris l'existence de projets d'urbanisation des abords du Sentier du Laurier. Inquiets quant à la nature exacte de ces projets, nous avons demandé dès juin dernier à rencontrer Madame Ducret. Celle-ci nous a reçus fin août trop peu de temps pour que nous puissions avoir un « échange approfondi » sur les projets envisagés sur ce secteur.

Madame Soinne a présenté, deux jours avant l'arrêt officiel de la concertation publique sur le PLU, un projet sur les abords du Sentier du Laurier.
Ce projet ne semble pas avoir recueilli l'assentiment de l'auditoire. Nous avons développé nos propres propositions, qui valorisent l'existence des dernières terres agricoles de la commune par un projet de ferme urbaine, et veulent défendre la biodiversité, au travers des espèces protégées présentes sur le site.
Nous ne prétendons pas détenir toute la vérité, et nous pensons que, sans doute, la solution résultera d'un honnête compromis. 
 
C'est pourquoi nous regrettons que, d'un côté, on déclare que « rien n'est bouclé » , et que, d'autre part, on semble disqualifier les propositions que nous faisons.
Nous souhaitons le dialogue, c'est pourquoi nous avons précisé notre projet auprès de la municipalité, demandé à rencontrer les services de la MEL et avons l'intention de prendre contact avec l'ensemble des propriétaires de parcelles concernées.

Nous proposons au Conseil de Quartier Centre de mettre en place une enquête « mobilité » sur le quartier des Boërs, car il nous semble que sans des réponses concrètes et ambitieuses à la question des déplacements sur le quartier, particulièrement sur la rue de Marcq, il nous semble que tout nouveau projet d'implantation de logements suscitera l'inquiétude. 
 
D'autre part, nous peaufinons le projet pour renforcer sa crédibilité, et nous contactons des structures qui pourraient être intéressées au projet de ferme urbaine .

Nous envisageons d'ailleurs, à leur suite, de faire venir à Wasquehal une équipe d'AgroParistech, et peut-être même Marc Dufumier (dans le cadre des conférences « Regards d'experts »?) , pour évoquer l'importance et l'urgence de la protection des terres agricoles et du développement de l'agriculture urbaine.

En guise de conclusion, je voudrais plaider pour la pleine reconnaissance du rôle des associations dans la construction de l'implication et de la parole citoyenne, dans la définition de l'intérêt général.

Celles et ceux qui proclament qu'on peut se passer d'associations autonomes, de corps intermédiaires, pour un contact direct avec les citoyens sont dans la même logique que ceux qui, jadis, refusaient l'organisation des salariés.



Aujourd'hui, dans notre région, le monde associatif autonome est menacé par la baisse drastique des subventions régionales et souvent aussi municipales, qui s'ajoute avec la baisse des contrats aidés. Nous mêmes, malgré notre demande, et malgré les services rendus à la commune, ne bénéficions d'aucune subvention, même si nous bénéficions, comme toutes les associations qui le demandent de la gratuité d'accès à une salle municipale une fois par an. 

De manière symbolique, le 1er février prochain, jour de l'examen du budget régional, le monde associatif, organisera un rassemblement autour du collectif « Vent d'Assos Hauts de France », à 12h, face au Conseil Régional. Nous y serons, et je vous invite à nous soutenir.

Mais ici et maintenant, vous pouvez aussi, concrètement, prendre ou reprendre votre adhésion à Wasquehal en Transition !

Wasquehal en Transition souhaite à chacune et à chacun, des vœux de santé et de bonheur pour 2018, et, à tous, collectivement, des vœux de succès dans les combats pour l'écologie et le mieux vivre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire