jeudi 23 février 2017

Madame Ducret nous répond sur la restauration collective.

Suite à notre lettre concernant la restauration collective, Madame Ducret nous a répondu, en nous indiquant partager nos préoccupations pour une amélioration constantes de la qualité des repas.

Dans cette longue lettre, nous notons en particulier le passage suivant : "...Les services municipaux ne manqueront pas de continuer à se rapprocher de sociétés telles "Croc la Vie" dans le cadre des prochains appels d'offre que la ville de Wasquehal aura à instruire. Les différents publics réunis à travers la population qui bénéficie de nos structures méritent en effet que nous mettions à l'étude la possibilité de leur proposer toujours davantage de repas frais, 100% bio et de saison".

Nous en prenons bonne note , et, fidèles à notre volonté d'oeuvrer dans l'intérêt général avec la municipalité en place, nous ne manquerons pas d'apporter nos propositions à ce sujet.

vendredi 3 février 2017

Pour une politique de logement solidaire et de qualité


La ville de Wasquehal a une densité de 3111 habitants au kilomètre carré. En plein coeur d'agglomération, on peut estimer qu'il existe encore des possibilités de densifier encore les constructions . La ville de Croix est certes beaucoup plus dense, avec 4700 habitants au km², mais Mouvaux a une densité équivalente à celle de Wasquehal, et Marcq en Baroeul a une densité nettement moindre.

Cependant, la particularité de la politique de construction des dernières décennies sur la commune de Wasquehal est qu'on y a beaucoup développé un habitat pavillonnaire fortement gourmand en espace, parfois au détriment d'espaces verts d'ailleurs.
Les disponibilités foncières sont donc limitées, sauf à encore restreindre les possibilités de faire « respirer » la ville par des espaces verts. De plus, nous l'avons vu dans notre chapitre sur les déplacements, si les habitudes de mobilité restent identiques, les constructions nouvelles peuvent engendrer des difficultés.
Les opérations prévues d'ici 2020 devraient amener, pour plus de 800 logements évoqués, une population nouvelle d'environ 2300 habitants, soit 10 % de plus. C'est déjà beaucoup dans l'immédiat, surtout, sans l'inscrire dans une perspective plus large de ville verte, valorisant les déplacements doux et collectifs.
Dans le même temps, nous avons bien conscience que Wasquehal doit être une ville solidaire. Solidaire vis-à-vis de sa propre population :
- en 2014, 499 demandeurs de logements sociaux étaient recensés au 31 décembre 2014, avec un délai d’attente particulièrement long pour obtenir des T2 et des T3.
- Il manquait plus d'une centaine de vrais logements sociaux pour atteindre le seuil de 25 % de logements sociaux.
- Nous pourrions encourager les salariés des entreprises wasquehaliennes qui le souhaitent à s'installer dans la commune, plutôt que de faire de longs trajets.
Solidaire aussi, dans la mesure du possible, des communes voisines, comme Roubaix, dont la densité, elle, avec 7226 habitants/km² est la plus importante de l'agglomération, devant Lille et Tourcoing. Roubaix et Tourcoing sont engagées dans de lourdes opérations de renouvellement urbain, pouvant les amener à dé-densifier certains quartiers.
Nous souhaitons donc que les efforts de la commune, dans le prochain PLH, se poursuivent à un niveau raisonnable, partagé avec d'autres communes, et se concentrent sur :
- la lutte contre le mal-logement et la précarité énergétique ;
- un accroissement des efforts pour des logements vraiment sociaux (PLUS,PLAI), bien desservis par les transports en commun, en accroissant l'offre en faveur des salariés travaillant à Wasquehal ;
- la réponse à de nouveaux besoins sociaux et sociétaux : habitat participatif, habitat intergénérationnel, mais aussi la mise en place d'une « pension de famille » pour des personnes ayant des difficultés temporaires à se loger.
Pour apporter des réponses à ces enjeux, nous n'avons pas une seule réponse, mais deux :
- On oublie trop souvent la rénovation du patrimoine bâti. Pour Wasquehal, cela constitue 6000 logements datant d'avant les réglementations thermiques, dont il faut suivre la rénovation et l'évolution du peuplement.
- C'est seulement ensuite qu'il faut songer à la mobilisation du foncier disponible, en tenant compte de la nécessité de conforter et renforcer les espaces verts publics et de protéger les quelques espaces agricoles encore disponibles.
1. La rénovation du parc ancien :

Il serait important que la commune et la MEL s'investissent plus fortement dans la réhabilitation des plus de 6000 logements datant d'avant les réglementations thermiques. Si un certain nombre de propriétaires sont en mesure, avec les aides actuelles, de mener à bien cette réhabilitation, ce n'est pas le cas pour un nombre conséquent de petits propriétaires et de bailleurs privés.

C'est d'autant plus important que ces logements suscitent , compte tenu de la localisation de Wasquehal, l'intérêt de jeunes familles qui y voient l'occasion d'une première acquisition immobilière. La population vieillissante y est progressivement remplacée par une population plus jeune.
Ce patrimoine ne doit pas se dégrader et il constitue parfois un logement social de fait. Nous proposons que la ville de Wasquehal s'engage avec la MEL dans des Opérations Programmées d'Amélioration de l'Habitat, en commençant par le secteur Nord du Capreau.
Ce secteur, très minéral, mériterait d'ailleurs d'être encore un peu dé-densifié en détruisant quelques immeubles les plus vétustes pour créer des petits espaces verts.
2. L'offre nouvelle :
Quel foncier mobiliser en priorité ?
Dans le respect du peu d'espaces verts disponibles, en intégrant à chaque opération la problématique des déplacements, des services publics et commerciaux de proximité :
- les friches industrielles ou commerciales ;
- les « dents creuses »
- certains terrains non utilisés par les entreprises ( certaines d'entre elles, en coeur de ville, sont entourées d'un foncier important et non valorisé) ;
- mais aussi le renouvellement de la ville sur elle-même, dans les secteurs fortement dégradés ou sans intérêt architectural repéré : quid des maisons murées rue Pasteur avant l'impasse du Vert Pré ? De la friche qui lui fait face ?
Cependant, notre commune et la Métropole a intérêt à se pencher, également, sur le changement d'usage et la transformation possible en appartements de grandes maisons, de certains immeubles à caractère commercial ou industriel
bureaux transformés en logements à Montreuil
 
Ceci pourrait se faire en lien, par exemple, avec SOLIHA, ou d'autres bailleurs sociaux, en exerçant avec la MEL le droit de préemption.
Une veille particulière doit être exercée également sur les logements vacants, même si Wasquehal en a assez peu.




jeudi 2 février 2017

nouvelles constructions à Wasquehal : réaction

Nord-Eclair se fait l'écho des projets d'urbanisme et de nouveaux logements devant sortir de terre à Wasquehal (833 annoncés, correspondant à l'accueil de 2000 nouveaux habitants.

Nous avons réagi à cet article en faisant valoir les points suivants:

1. Nous sommes très heureux d'avoir fortement contribué (voir nos précédents articles sur ce blog) à la réalisation de l'Inventaire du Patrimoine et Paysager pour la commune. Il n'existait pas, alors que les communes voisines en disposent parfois de très intéressants. C'est un inventaire qui doit être un guide pour l'urbanisme et pour la rénovation des quartiers anciens, qui sont aussi un atout pour la ville et attirent d'ailleurs des jeunes couples.
2. Nous sommes cependant inquiets de la frénésie immobilière en cours, rendue possible par le Plan local d'Urbanisme actuel, voté sous l'ancienne municipalité : certes il faut construire pour répondre aux besoins de logements, mais pas n'importe quoi, ni n'importe où, et pas forcément autant.

Le PLU actuel, antérieur au Grenelle de l'Environnement, ne prend pas assez en compte les déplacements induits, et la nécessité d'en faire évoluer les modes, la nécessité de faire respirer la ville et ses habitants par des espaces verts publics actuellement trop peu nombreux ( au maximum 6 Ha en intégrant les abords du canal et de la Marque); il n'anticipe pas la réalisation d'un Schéma d'Aménagement et de Gestion de l'eau de la Marque, en cours depuis 2011: se tourner vers l'eau, pourquoi pas, mais avec précaution. 

Nous sommes en train de rédiger un cahier d'acteurs, en lien avec la MRES (Maison Régionale de l'Environnement et les Solidarités), cahier dont certaines bonnes feuilles sont et seront publiées sur ce blog.

Nous souhaitons que les wasquehaliens, dans leurs conseils de quartiers, collectivement ou individuellement, grâce au site de consultation "Je carticipe" s'emparent du sujet et fassent, comme nous, leurs propositions.


A très bientôt sur ce blog!

Des repas plus équilibrés pour nos seniors!


Les adhérents de notre association ont eu connaissance de doléances d'usagers des repas proposés par la société API, dans et hors de la commune, et de leurs familles, qui peuvent, occasionnellement, partager ces repas avec les aînés .
Nous avons eu l'occasion de le vérifier par nous-mêmes et de consulter au foyer Dutrieu le menu de la semaine.
Au menu du mercredi 25, en entrée des chevriers, en plat deux saucisses fumées (environ 150g), des lentilles, du brie et une crème dessert. Un menu bien roboratif, dans lequel il y a en entrée comme en plat des féculents. Deux laitages. L'apport protidique ( protéines végétales et animales, dont le lait) représente au moins deux fois la consommation journalière conseillée pour les seniors. En revanche, pas de fruit, à peine quelques rondelles de carottes dans les lentilles. Passons sur le pain, d'une qualité médiocre.
Pourtant, les 5 fruits et légumes par jour , c'est une recommandation qui vaut pour tous, et particulièrement les personnes âgées, sachant que, pour le repas du midi, on peut apporter des crudités, des "cuidités", du potage, des fruits crus ou cuits, des compotes....
Les menus de la semaine corroborent cette inquiétude et semblent assez déséquilibrés.
Le Ministère de l'Agriculture a édité, en direction des organismes chargés de l'alimentation des seniors, une brochure qui me semble fort bien faite, à la fois quant aux exigences minima attendues en matière d'équilibre alimentaire, et en matière de mobilisation des usagers autour de leur alimentation : http://agriculture.gouv.fr/seniors-des-guides-pour-bien-manger-au-quotidien
Nous nous demandons si ces lectures sont parvenues auprès des responsables de l'API.
Voilà qui justifierait, il nous semble, que les exigences de la municipalité envers ce prestataire soient plus strictes, en l'attente d'un nouvel appel d'offres, auquel les usagers et associations devraient être associés, ainsi que le propose ce document.

Par ailleurs, nous souhaitons vivement que l'offre aux seniors, de même que les cantines, intègre une part conséquente de bio et de local, et régulièrement des repas végétariens : pour les personnes âgées comme pour les autres, l'essentiel, c'est un apport conséquent en protéines, à côté des autres aliments, mais pas forcément - et encore moins systématiquement- des protéines d'origine animale.
D'ailleurs, les fruits et légumes de saison, comme les protéines végétales, sont en général moins coûteux que la viande – du moins, la viande de qualité.
Nous disposons maintenant de nombreux exemples de collectivités locales ou restaurants collectifs qui proposent, sans augmentation conséquente de leurs coûts, des aliments bio et locaux , jusqu'à 100 % de la composition des repas. C'est le cas, notamment, dans notre agglomération, à Houplines, où la société Croc-la-vie sert 1800 repas par jour pour de jeunes enfants, ou à Grande Synthe, commune de taille comparable à la notre, dans laquelle c'est une entreprise d'insertion qui prépare les repas pour les jeunes et moins jeunes. Plus le nombre de repas servis est important, plus les économies d'échelle sont importantes et permettent de garantir des coûts-matières satisfaisants.