mercredi 22 juin 2016

Prévenir les inondations : à Wasquehal aussi

Notre agglomération a été marquée par des épisodes de pluies exceptionnelles pour un mois de mai, et par des inondations consécutives.

Et Wasquehal?


Notre commune a été, heureusement, épargnée.

Pour autant, celles et ceux qui achètent un immeuble dans la commune sont avisés que celle-ci n'est pas à l'abri d'inondations. Les dernières ont eu lieu en 1991. La nappe phréatique affleure, d'où de fréquentes inondations de garages construits imprudemment en souterrains sous l'ère Vignoble, alors que les maisons des années 30 ont été construites sans cave!

La Marque


Bien que sous un régime de plaine, la Marque est connue pour ses inondations. C'est pour cela qu'un Plan de Prévention du Risque Inondation pour la Marque a été réalisé. Il s'inscrit dans une démarche plus vaste de Schéma d'Aménagement et de Gestion de l'Eau (SAGE)  Qu'y append-t-on?
Constats faits par le SAGE :
- un territoire où le risque d’inondation est bien présent (ruissellement, débordement des cours d’eau) - on l'a vu en amont, à Mouchin, Cysoing ou Forest-
- changement climatique : une intensification des événements extrêmes à prévoir.

Lors de la dernière réunion du SAGE, a été notamment soulignée la nécessité de maintenir des zones humides (prairies inondables...)
On peut aussi souligner la nécessité de reboiser autour de la Marque et de la Deûle par des espèces ad hoc...
La "trame verte et bleue" préconisée par le Grenelle de l'Environnement et que certains aménageurs proclament à tort et à travers pour en travestir l'esprit-  n'a, dans ce cas, pas qu'une vocation de préservation de la biodiversité, mais aussi une vocation préventive.

On peut  éviter de déclarer constructibles des zones trop proches et prévoir des zones inondables en cas de crues dites "centennales", que le changement climatique peut rendre...beaucoup plus fréquentes!(cela peut être des terrains de sport, des jardins publics...).

On peut enfin tenir compte bien plus nettement de ce risque dans les constructions futures. C'est le sens de notre courrier au commissaire enquêteur sur le nouveau projet à côté de la Branche de Croix.

---------


Wasquehal en transition
12 rue Charles Preux, 59290 – WASQUEHAL
Portable : 0619457747 – courriel : wasquehalentransition@gmail.com
blog : www.wasquehalentransition.blogspot.fr
Construisons ensemble le Wasquehal de DEMAIN !

À l'attention de
Jean-Pierre COMPAGNE,
Monsieur le commissaire enquêteur 
à la Métropole Européenne de Lille
- Affaires juridiques -
Droit de l'Aménagement et de l'Urbanisme -
1 rue du Ballon - CS 50 749 - 59034 Lille cedex.

Objet : Abords du port du Dragon – Rue Jean Macé . Opération d’aménagement à vocation
d’habitat

Monsieur le Commissaire enquêteur,

Nous vous communiquons nos avis sur le projet d'aménagement cité en objet, qui suppose révision du PLU :

1. Remarque générale : prendre en compte l'impact sur l'environnement ( risque inondation)

Le projet est situé à proximité immédiate d'une zone repérée par le Plan de Prévention des Risques Inondation comme en « aléa », autour du « Port du Dragon ».

Les prescriptions prévues pour cette zone sont les suivantes :

« Ces zones sont soumises à un aléa faible à moyen et ont un rôle de stockage des eaux débordées.
Les objectifs pour ces zones sont de :
● préserver leurs capacités de stockage et d'expansion
● ne pas implanter de nouvelles activités ou de nouveaux logements
réduire la vulnérabilité des enjeux existants » (extrait du PPRI concernant la Marque)
Le projet de révision du PLU ne concerne pas directement la zone, définie par le PPRI de façon très stricte. Toutefois  il peut l'impacter indirectement:
- D'éventuelles constructions nouvelles auraient un impact non négligeable sur la zone concernée, d'une part en raison de l'imperméabilisation des sols et d'autre part en raison d'un apport nouveau en eaux usées .
La solution préconisée par le PPRI pour l'évacuation des eaux pluviales est l'infiltration par le sol :
« L’infiltration fait partie de ces techniques dites alternatives qui contribuent à la prévention des inondations. En effet, les eaux de pluie ne peuvent s’infiltrer sur certains terrains comme les parkings en macadam par exemple. Lors d’événements pluvieux importants, l’imperméabilisation contribue à augmenter les débits vers l’aval et accroît de manière significative le risque d’inondation.
C’est pourquoi LMCU souhaite que, sur tout le territoire communautaire, des techniques d’infiltration soient étudiées quel que soit l’aménagement envisagé. Ces techniques se traduisent par l’installation de matériaux particuliers comme la construction de chaussées réservoir ou à revêtement alvéolaire, qui permettent de stocker et éventuellement d’infiltrer l’eau pluviale selon le revêtement et la structure du terrain , et donc de limiter les débits vers l’aval. » Rapport assainissement 2013- LMCU
- Les nappes phréatiques sont très près du sol dans le centre de Wasquehal, qui constitue le point le plus bas de la commune (18m). C'est ce qui explique l'inondation fréquente de certains garages collectifs en sous-sol à proximité de la Marque.
- L'évolution prévisible du climat peut amener l'intensification des épisodes de pluies telles qu'on les a connues récemment, amenant à la révision du PPRI.
C'est pourquoi, le secteur concerné, très marqué par la présence de l'eau, devrait de préférence être dédié aux parcs et jardins, ce qui renforcerait d'ailleurs l'attractivité de Wasquehal :
Les jardins actuels participent à l'infiltration naturelle de l'eau .Le boisement, aux bords de la branche de Croix, contribue efficacement au pompage naturel de l'eau.
Ce lieu, utilisé pour le jogging ou la promenade, pourrait être mieux aménagé et paysagé, dans le cadre d'une « Promenade des rives de la Marque ».
2. A quelles conditions pourrait-on cependant construire ?
Si, néanmoins, la Métropole Européenne de Lille décidait de rendre constructibles ces terrains en raison notamment d'un besoin important de constructions et pour éviter l'extension urbaine , compte tenu de ce qui précède, nous demandons :
- De mettre en œuvre une gestion optimale des eaux pluviales et de l'eau potable.
Il importe selon nous de ne pas construire en bordure immédiate du bras mort, mais plutôt en milieu de parcelle, en préservant le boisement actuel et le chemin non goudronné, donc non imperméabilisé.
Par ailleurs, on pourrait envisager :
- d'installer des toitures-terrasses végétalisées, ce qui peut à la fois recréer des espaces dédiés à la végétation, au fleurissement, à des jardins partagés, et favoriser, en cas de grosses pluies, un écoulement plus lent des eaux pluviales,
- de récupérer les eaux pluviales pour certains usages domestiques ( chasses d'eau...)
- de planter autour des logements des arbres d'espèces rustiques et locales ;
- d'installer des stationnements végétalisés : « De manière générale, les parkings engazonnés et les stationnements végétalisés, à l'aide de dalles gazon, améliorent la qualité environnementale des aires de vie et s'inscrivent dans une démarche HQE® d'éco-construction au travers des critères suivants:
  • Favoriser l’infiltration naturelle des eaux pluviales et l’approvisionnement des nappes phréatiques
  • Eviter le ruissellement de surface et la saturation des réseaux
  • Conserver les fonctions naturelles du sol de régulation thermique et hydrique
  • Revêtement à biodiversité positive, solution anti-bétonnage qui permet de faire revenir la nature dans les villes, de préserver l’hydro-thermorégulation naturelle des espaces et de contribuer au « piégeage » du CO2
  • Favoriser la végétalisation des surfaces en milieu urbain
  • Contribue au confort visuel et acoustique
  • Produit recyclé et recyclable »
- De veiller à ce que les circulations de véhicules sur la zone s'effectuent à l'arrière de la parcelle (à proximité de la voie ferrée), en maintenant, du côté de la rive de la branche de Croix la butte boisée et en gardant le cheminement piétonnier, actuellement utilisé pour le jogging et la promenade.
Dans cette hypothèse, nous aurions un espace résidentiel tout à fait innovant et attractif, conforme aux prescriptions du PPRI.
Nous vous remercions par avance de l'intérêt que vous porterez à ces observations ,


Bernard DE VEYLDER,
Président
----------
 NB : si vous aussi, vous souhaitez transmettre des observations au Commissaire Enquêteur, écrivez-lui ou rendez-vous aux prochaines permanences qui seront tenues (voir le site de la Métropole Européenne de Lille)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire